Numéro 1/2 - 2021 Agrandir l'image
Numéro 1/2 - 2021

202112

N° ISSN : 0752-5656

Revue Archéologique de Picardie - Numéro 1/2 - 2021

disponible

Plus de détails

25,00 €

Paiement sécurisé

En savoir plus

Brochure 21 x 29,7, couverture couché satin 350 g, quadri recto pellicullée

156 pages sur couché 135 g

Dos carré, collé

Sommaire :

•Joachim Klein-Bardagi (1941-2020) par Jean-Marc Fémolant

• Réévaluation du potentiel archéologique du Bois de la Garenne à Cagny (Somme, France), par Jean-Luc Locht, Pierre Antoine, Sylvie Coutard, Émilie Goval, David Hérisson, Nicole Limondin-Lozouet avec la collaboration d’Érick Mariette.

• Un curieux autel miniature à Vendeuil-Caply (Oise) par Christian Sanvoisin.

• Apports et limites des diagnostics de 2009 à 2015 sur des chenaux en confrontation avec les fouilles : l’exemple de Brissay-Choigny (Aisne) par Guy Flucher & Denis Maréchal.

• Le cimetière médiéval "Place de l’église" à Pont-Sainte-Maxence (Oise). Méthodologie et premiers résultats du diagnostic par Denis Maréchal & Estelle Pinard avec la collaboration de Karin Libert et la participation de Ginette Auxiette, Julie Donnadieu, Stéphane Lancelot & Sébastien Hébert.

• Bresles et son château sous l’Ancien Régime d’après les sources archivistiques et les sondages archéologiques par Jean-Louis Bernard.

Réévaluation du potentiel archéologique du Bois de la Garenne à Cagny (Somme, France).

Le Bois de Cagny-La-Garenne, site paléolithique classé aux Monuments Historiques, a fait l’objet d’une campagne de sondages destinée à cartographier les sédiments pléistocènes alluviaux et loessiques et à réévaluer le potentiel archéologique du site. Le Bois de La Garenne a été exploité en tant que carrière pendant une grande partie du XXe siècle et a fait l’objet de plusieurs interventions archéologiques. Sur le plan méthodologique, la localisation des sondages a été fortement conditionnée par les documents issus de la campagne LiDAR effectuée par la compagnie Drones Imaging en 2018, sur lesquels de nombreux microreliefs étaient discernables. À l’ouest, la plus grande partie du Bois de La Garenne a été exploitée. Par contre, à l’est, quatre zones sensibles pour l’archéologie ont été identifiées.

 English   Deutsch

Un curieux autel min iature à Vendeuil-Caply (Oise)

Il y a soixante-dix ans, un « ara antique » (petit autel portable) est apparu au grand jour dans un champ de Vendeuil-Caply, grâce à la vigilance d’un cultivateur. L’objet, témoin de la pratique religieuse romaine a survécu sans dommage notable aux outrages des siècles. Si une fonction comme objet votif apparaît comme très vraisemblable, l’incertitude liée à ses conditions de découverte ne permet pas d’avancer une datation ni de préciser le contexte de son utilisation. Cependant la nature très particulière du minéral dans lequel il a été taillé a permis d’identifier le lieu probable de sa production, sinon de l’extraction de la roche dans laquelle il a été façonné. Ce lieu peut être localisé à la limite méridionale de la civitas Tungrorum, sur le territoire de la commune actuelle de Sivry-Rance, où des carrières de marbre ont été actives dès la période romaine.

 English   Deutsch

Apports et limites des diagnostics de 2009 à 2015 sur des chenaux en confrontation avec les fouilles : l’exemple de Brissay-Choigny (Aisne)

À Brissay-Choigny, de 2009 à 2015, 42,7 ha ont été diagnostiqués essentiellement sur un espace de chenaux fossilisés. Trois fouilles Inrap ont été réalisées sur ces zones humides. Le croisement critique de ces deux données permet de mettre en avant les acquis mais aussi les limites des diagnostics dans ces contextes particuliers.

 English   Deutsch

Le cimetière médiéval « Place de l’église » à Pont-Sainte-Maxence (Oise). Méthodologie et premiers résultats du diagnostic

Dans le cadre de la surveillance de travaux dans l’agglomération, un sondage a concerné une petite partie du cimetière médiéval et moderne situé à 30 m de l’église Sainte-Maxence. Nous présentons la méthodologie adoptée dans ce contexte préventif funéraire et les résultats obtenus. Ils contribuent à mieux connaître le passé de la ville médiévale qui recèle un fort potentiel préservé.

 English   Deutsch

Bresles et son château sous l’Ancien Régime d’après les sources archivistiques et les sondages archéologiques

Bresles était, jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, la seule résidence de plaisance des évêques-comtes de Beauvais. Qualifiée de « château » dans les sources médiévales, elle semble exister dès l’an Mil en association avec une église du premier art roman qui existe toujours. Marquée par les conflits au début de la guerre de Cent Ans, la forteresse est ensuite l’objet de travaux de réparation. En 1699, l’évêque-comte demande au roi l’autorisation de démolir une partie des bâtiments et de reconstruire un palais dans le style du temps. Les Archives départementales de l’Oise conservent le dossier d’instruction du permis de démolition-reconstruction sous la forme de procès-verbaux de visite des lieux par les agents royaux, de projets de réaménagements, de suivi et de réception des travaux. On dispose également de documents relatifs à des réparations faites consécutivement à un évènement climatique survenu durant l’hiver 1715 ainsi que le procès-verbal de vente des Biens Nationaux de 1791. De l’ensemble du site historique ne subsistent aujourd’hui que l’église – romane -, le château du XVIIIe s. - la mairie actuelle - une tour-porte - trop restaurée - et des éléments de l’enceinte moderne. Quelques sondages archéologiques réalisés en 2017 dans le cadre d’un diagnostic prescrit par la DRAC ont permis d’échantillonner pour la première fois la stratigraphie et d’ouvrir le dossier archivistique inédit. A l’issue d’une analyse minutieuse des données disponibles et de nombreux essais de modélisation infructueux, cette étude aboutit à deux propositions très différentes d’organisation spatiale des lieux avant le XVIIIe s. ; toutes deux insatisfaisantes, elles témoignent de notre méconnaissance de cette place forte qui a été en son temps un point d’appui militaire important et justifient l’importance de préserver le sous-sol du site, seul témoin archéologique encore étudiable.

 English   Deutsch

30 autres produits dans la même catégorie :