Numéro 21 - 2003 Agrandir l'image
Numéro 21 - 2003

2003210

ISSN : 1272-6117

 

Sens dessus dessous. La recherche du sens en Préhistoire. Recueil de textes offerts à Jean LECLERC & Claude MASSET.

Plus de détails

34,00 €

Paiement sécurisé

En savoir plus

(295 pages)

Sommaire :

- Comité de rédaction : Avant-propos.
- Michèle JULIEN et Jacques TARRÊTE : Préface.
- Philippe SOULIER : Deux fois deux font trois : conversion virtuelle avec Claude et Jean à propos de sépultures, d'archéologie et du Patron.
- Collectif : Biographies de Claude Masset et Jean Leclerc.

Ière partie - Méthodes et influences
- Philippe SOULIER : André Leroi-Gourhan et l'anatomie humaine : de la craniologie à la fouille des sépultures.
- Alain GALLAY : Reconstituer la vie : André Leroy-Gourhan et la lecture des archives.
- Jacques JAUBERT : Les archéologues travaillant sur des périodes antériieures au Paléolithique supérieur appartiennent-ils à une espèce (ou sous-espèce) différente ?
- Patrice RODRIGUEZ : Apport de la malacologie à l'étude des sépultures : l'exemple de l'allée sépulturale de Bazoches-sur-Vesles (Aisne).
- Chantal LEROYER : Environnement végétal des structures funéraires et anthropisation du milieu durant le Néolithique récent/final dans le Bassin parisien.
- Christine BOUJOT : Sur les issues d'une construction interprétative traditionnelle à propos des tombes "Mégalithiques".
- Luc BUCHET et Isabelle SÉGUY (avec la collaboration de Eve-Line BOULLE, Véronique GALLIEN et Monique WABON) : Mort probable, mort certaine. Réflexions en paléodémographie et partir de squelettes modernes et contemporains.
- Hervé GUY ( (avec la collaboration de Monique WABON) : Contrôle d'un estimateur paléodémographique à partir de sources historiques (les registres paroissiaux de Saint-Maclou de Pontoise, Val-d'Oise).
- Françoise LE MORT : Modifications artificielles et restes humains préhistoriques : signification et interprétations.

IIe partie - Pratiques funéraires
- Thi Maï BUI et Michel GIRARD : Pollens, ultimes indices de pratiques funéraires évanouies.
- Laurent FABRE, Jean-Marie PERNAUD et Stéphanie THIÉBAULT : Feu sacré ?
- Dominique JAGU : Une double condamnation à Changé Saint Piat (Eure-et-Loir).
- Roger JOUSSAUME : Du réaménagement des monuments funéraires néolithiques dans le Centre-Ouest de la France.
- M. ROJO-GUERRA : Un défi à l'éternité : genèse et réutilisation du tumulus de La Sima (Miño de Medinaceli, Soria, Espagne).
- Jean ZAMMIT : Prtaiques mortuaires et traitement du cadavre ancien (plaidoyer pour une nécro-archéologie).

IIIe partie - Rites, rituels et perception de la mort
- Catherine PERLÉS : L'exception et la règle : à propos des rituels funéraires dans le Néolithique ancien de Grèce.
- François VALLA : Une urgence : donner du sens. Des sacrifices dans le Natoufien et l'horizon PPNA du Proche-Orient Levantin ?
- Louis CHAIX : La découpe de l'agneau : un rite funéraire à Kerma (Soudan) vers 2000 av. J.-C.
- Nicolas CAUWE : La mort ou les morts. Les enjeux des rites funéraires du Néolithique nord-occidental.
- Philippe CHAMBON : Du vestige osseux à la perception de la mort : une voie possible pour le préhistorien ? Le cas du Néolithique moyen en Catalogne.

IVe partie - Approche du symbolisme
- Aline AVEYRBOUH : Le quatrième élément ou essai sur l'identification d'un choix à connotation symbolique des matières premières osseuses au Paléolithique supérieur.
- Pierre BODU : Quid de l'expression chez les Magdaléniens et les Aziliens du Bassin parisien. Ou, il voit des figurines féminines partout!
- Monique OLIVE, Nicole PIGEOT, Yvette TABORIN, Gilles TOSELLO et Michel PHILIPPE : Lorsque le galet gravé paraît... Les témoins symboliques à Etiolles (Essonnes).
- Jean-Georges ROZOY : L'image de la femme. Quelques éléments de l'Aurignacien au Néolithique.
- Cyrille BILLARD, Guy VERRON et Marc GUILLON : Où l'on reparle de "muche" ; la question des accès et passages secondaires dans les allées sépulcrales du Val-de-Reuil et "Portejoie" (Eure).
- Francine DAVID et Claudine KARLIN : Hier et aujourd'hui : des cultures du renne ?

 

Résumés :


André Leroi-Gourhan et l’anatomie humaine : de la crâniologie à la fouille des sépultures

 

Aujourd'hui, la pratique archéologique de l'anthropologie funéraire est largement marquée par deux aspects de l'étude des squelettes humains : l'intérêt de leur étude biologique propre ; l'intérêt de l'étude de leurs conditions de dépôt et d'évolution taphonomique. André Leroi-Gourhan, dont la formation en anthropologie physique est fondamentale, n'a pas explicitement participé aux origines du développement de l'anthropologie funéraire, dans les années soixante et soixante-dix. En reprenant les cheminements de son parcours scientifique et les grandes lignes de son travail en anthropologie, en ethnologie et en archéologie, nous allons tenter d'expliquer cette apparente contradiction.

English   Deutsch

 

 

Reconstituer la vie : André Leroi-Gourhan et la lecture des archives archéologiques


Chez André Leroi-Gourhan, la lecture des archives archéologiques conservées dans le sol tourne autour de trois questions essentielles : primauté de l'analyse spatiale sur la stratigraphie, analyse interne des documents et exhaustivité. Après avoir brièvement résumé le contexte historique dans lequel André Leroi-Gourhan a pu développer cette philosophie de la reconstitution du Passé nous exposons, à travers notre propre expérience, le cheminement qui nous a amené à prendre conscience des mérites, mais aussi des limites, de ces conceptions et à chercher le moyen de les dépasser.

L'objectif palethnologique a toujours été présent dans la démarche de Leroi-Gourhan, même lorsque ce dernier rejette très explicitement le comparatisme ethnographique. Cette contradiction nous paraît être l'une des questions majeures posée par cette démarche.

Nous avons donc du apprendre à gérer cet héritage en évitant les pièges posés par une technique de fouille pouvant générer des problèmes d'ordre stratigraphique et une documentation souvent surabondante et difficilement maîtrisable et à réfléchir sur les moyens de réintégrer l'actualisme dans les disciplines archéologiques.

English   Deutsch

 

 

Les archéologues travaillant sur des périodes antérieures au Paléolithique supérieur appartiennent-ils à une espèce (ou sous-espèce) différente ?

 

La publication d'hommages constitue une bonne occasion d'aborder des thèmes de réflexion inhabituels. Travaillant pour l'essentiel sur les périodes anciennes du Paléolithique, antérieures à la présence d'Homo sapiens sapiens, nous tentons ici sinon d'y répondre, du moins d'évoquer plusieurs questions concernant les raisons qui conduisent tel chercheur à s'intéresser à un domaine plutôt qu'à un autre, le champ de compétence qu'il s'autorise et les disciplines qu'il sollicite. Le problème de la communication des résultats vers le plus grand nombre fait également l'objet d'un paragraphe où nous finissons par reconnaître, qu'à la lumière de récentes découvertes, les différences documentaires partageant le Paléolithique moyen du Paléolithique supérieur pourraient être plus nuancées qu'à ce jour.

English   Deutsch

 

 

Environnement végétal des structures funéraires et anthropisation du milieu durant le Néolithique récent / final dans le Bassin parisien

 

L'insuffisance des données spécifiques à l'environnement des structures funéraires a conduit à élargir le propos à l'ensemble des occupations du Néolithique récent / final dans le Bassin parisien. Ainsi, cette synthèse palynologique est documentée par plusieurs profils de fonds de vallées, issus de différents bassins alluviaux. Parfaitement intégrées dans le cadre de l'histoire de la végétation régionale, les influences humaines sur le paysage végétal ont été appréhendées par les indices polliniques d'anthropisation. Ces travaux tendent à souligner une hausse de la pression anthropique à partir du Néolithique récent.

English   Deutsch

 

 

Sur les issues d’une construction interprétative traditionnelle à propos des tombes « mégalithiques »

 

L'archéologie des architectures funéraires néolithiques et, notamment, des architectures mégalithiques a été longtemps dominée par de nombreuses classifications et des considérations relatives aux matériaux et aux techniques de construction utilisés. Le renouvellement des problématiques d'approche des sépultures collectives néolithiques, menées ces dernières années avec des interrogations nouvelles, aura permis de

trouver certaines clefs d'une interprétation des gestes humains et d'ouvrir un accès à des faits architecturaux demeurés jusqu'alors « cachés ». C'est ainsi que la révélation de la présence d'issues secondaires, d'aires de circulation et de divers autres aménagements internes aux sépulcres a considérablement modifié la vision traditionnelle des architectures. A tel point que ces informations constituent aujourd'hui un matériau indispensable pour quiconque s'attache à reconstituer et bâtir l'histoire complexe de ces édifices avec ses phases de construction, de refectlon, de condamnation et de destructIon, etc.

English   Deutsch

 

 

Mort probable, mort certaine. Réflexions en paléodémographie à partir de squelettes modernes et contemporains

 

La méthode des « vecteurs de probabilités », proposée par Claude Masset en 1982, permet d'obtenir une image de la répartition probable des décès par groupes d'âges dans une population adulte inhumée. Toutefois, l'exploitation paléodémographique des résultats se limite à des comparaisons entre ensembles funéraires dont on suppose le mode de recrutement identique. En effet, la médiocre corrélation entre l'indicateur osseux et l'âge réel des sujets n'autorise pas une détermination de l'âge individuel au décès des adultes qui permettrait de reconstituer, moyennant certaines hypothèses, la démographie des populations du passé.

Pourtant, si l'on connaît au préalable la composition par sexes et par âges de la population de recrutement du cimetière, il est possible d'estimer, sans biais, la répartition par âges au décès de la population inhumée. Claude Masset l'a vérifié sur des exemples de la démographie historique, il était instructif de le faire sur des populations archéologiques. Les ensembles choisis appartiennent à des populations dont la structure démographique est connue : religieuses de l'abbaye de Maubuisson, XVIIe-XVIIIe siècles, et habitants d'Antibes, fin XIXe siècle. La méthode des« vecteurs de probabilités » a donné des résultats très acceptables ; toutefois, il ne faut jamais oublier que les vecteurs fournissent une probable répartition et non une répartition certaine des décès.

English   Deutsch

 

 

Contrôle d’un estimateur paléodémographique à partir de sources historiques (les registres paroissiaux de Saint-Maclou de Pontoise, Val-d’Oise)

 

La méthode dite « des estimateurs en paléodémographie » permet d'approcher la réalité de certains indicateurs démographiques. Il semblerait, néanmoins, après l'avoir testé sur une population de registres paroissiaux, que son succès soit lié à la connaissance préalable du taux d'accroissement de la population sur laquelle elle est appliquée.

English   Deutsch

 

 

Modifications artificielles et restes humains préhistoriques : signification et interprétations

 

L'étude des modifications artificielles sur les restes humains préhistoriques a connu des avancées significatives au cours des dernières années. Des découvertes récentes ont considérablement modifié notre connaissance de leur répartition géographique et chronologique. En outre, les méthodes d'étude, de plus en plus précises, permettent désormais de mieux appréhender la nature des comportements qui ont engendré ces modifications et la diversité des attitudes des populations préhistoriques face à la mort. La signification des traces d'intervention humaine demeure néanmoins difficile à mettre en évidence dans bon nombre de cas. À l'aide d'exemples particulièrement significatifs, cet article discute les possibilités et les limites de l'interprétation palethnologique.

English   Deutsch

 

 

Pollens, ultimes indices des pratiques funéraires évanouies

 

Les exemples présentés dans cette étude montrent qu'il est possible de rendre compte de certains aménagements effectués dans les sépultures, alors qu'il ne semble plus en rester de trace. Les pollens dont la résistance aux injures du temps est bien connue, font partie des témoins qui sont effectivement capables d'indiquer la nature des offrandes végétales, de révéler certaines attentions dont furent entourés les défunts ainsi que de donner la composition de produits utilisés dans la vie courante ou professionnelle des individus inhumés.

English   Deutsch

 

 

Feu sacré ?


Que représentent les charbons de bois retrouvés dans les incinérations ? S'agit-il de simples résidus de combustibles récoltés de façon opportuniste ou font-ils l'objet d'une sélection précise en fonction de l'espèce et/ou de leur calibre et/ ou de leur propriété combustible ? Dans le Nord de la France, chêne ou frêne sont souvent sélectionnés au cours de la Protohistoire. Dans le Sud, à l'Antiquité et en contexte rural ou péri-urbain, du bois de petit calibre issu d'arbustes est fréquemment utilisé pour la crémation des morts. Au-delà du simple emploi d'un surplus de combustible, l'utilisation de fagots dans des bûchers funéraires signale-t-elle une pratique coutumière, un usage consacré ?

English   Deutsch

 

 

Une double condamnation à « Changé » (commune de Saint-Piat, Eure-et-Loir)

 

La fouille du site mégalithique de « Changé » à Saint-Piat en Eure-et-Loir a montré que des dolmens extrêmement proches l'un de l'autre pouvaient avoir des fonctions complémentaires : sépulcrale et cultuelle. Différents dans leur architecture et leur contenu, ils ont aussi été l'objet d'une histoire funéraire et post-funéraire bien distincte. Schématiquement, les deux phases principales de l'évolution des lieux se terminent chacune par une condamnation : d'abord condamnation du sépulcre, puis condamnation de l'espace de mémoire qui lui a succédé. C'est le phénomène de double condamnation : condamnation des individus, puis celle des

monuments.

La volonté des Néolithiques de faire « disparaître » les traces de leurs pratiques funéraires pourrait être un début d’explication de l’état de mauvaise conservation apparente dans lequel se trouvent de nombreux mégalithes.

English   Deutsch

 

 

Du réaménagement des monuments funéraires néolithiques dans le Centre-Ouest de la France

 

Le Centre-Ouest de la France, région limitée par la Loire au nord et la Gironde au sud, est riche en monuments mégalithiques très variés : longs tumulus abritant un coffre ou un voire plusieurs dolmens a couloir ; tumulus circulaires ou quadrangulaires contenant un dolmen à chambre circulaire (dolmen atlantique) ou quadrangulaire (dolmen angoumoisin) ; tumulus piriformes qui enveloppent des dolmens angevins... Beaucoup de ces monuments ont subi des transformations pour y ajouter une ou plusieurs chambres funéraires, qui modifient grandement les classifications typologiques préalablement établies. À cela s'ajoutent les condamnations qui peuvent former une architecture nouvelle par rapport au monument occulté et les réoccupations des chambres qui laissent plus ou moins de traces visibles.

English   Deutsch

 

 

Un défi à l’éternité : genèse et réutilisation du tumulus fde la Sima (Mino de Medinaceli, Soria, Espagne)

 

Ce texte analyse la séquence stratigraphique du tumulus de « La Sima » (Mino de Medinaceli, Soria, Espagne), découvrant une longue histoire qui commence au Néolithique et finit à la période campaniforme, mais qui comprend également un épilogue allant jusqu'au Moyen Âge. Nous avançons aussi nos interprétations sur certains faits controversés, ainsi que sur la signification générale du site et sa localisation dans un territoire qui présente des conditions très particulières.

English   Deutsch

 

 

Pratiques mortuaires et traitement du cadavre ancien (plaidoyer pour une nécro-archéologie)

 

L'auteur se propose ici de faire la part exacte, sous l'impulsion des dernières découvertes effectuées en archéologie funéraire, de la place du cadavre au sein de l'étude des pratiques mortuaires anciennes. En effet, alors que l'ostéo-archéologie classique avait redonné - à juste titre - une position centrale aux restes anthropologiques au sein des tombes, il apparaissait que le cadavre (au sens large du terme) restait méconnu ou du moins oublié en tant qu'entité préliminaire située en amont de ces pratiques. Ainsi une nouvelle discipline, la nécro-archéologie, dont les avenues restent encore à profiler d'un point de vue conceptuel, pourrait permettre de préciser à la fois les données socio-culturelles qui imprègnent les pratiques mortuaires anciennes et les contraintes biologiques (vie, maladies et mort) qui s'y rattachent, contraintes souvent ignorées des auteurs et des chercheurs classiques.

English   Deutsch

 

 

L’exception et la règle : à propos des rituels funéraires dans le Néolithique ancien de GrècE

 

Les pratiques funéraires du Néolithique ancien de Grèce sont variées (sépultures primaires en fosse, individuelles ou multiples, inhumations secondaires, incinérations). Ce sont toutefois les inhumations primaires en fosses, au sein des établissements villageois, qui dominent numériquement et sur lesquelles reposent les interprétations classiques. Ces dernières insistent d'une part sur l'intégration des vivants et des morts, d'autre part sur la simplicité des pratiques, l'absence de marquage ostentatoire des sépultures et la quasi-inexistence d'offrandes funéraires. On en déduit un lien fort avec les ancêtres, au sein de sociétés où l'égalitarisme est affirmé dans la vie comme dans la mort.

J'argumenterai que cette analyse repose sur une confusion entre la règle et l'exception. Des considérations démographiques élémentaires conduisent à considérer les inhumations intra-muros comme les moins représentatives, et à rechercher ailleurs la norme. Celle-ci peut, sans doute, être illustrée par les incinérations de Soufli magoula, regroupées à l'extérieur du site et découvertes fortuitement. Si tel est bien le cas, les pratiques funéraires marquent au contraire une césure entre monde des vivants et des morts. Elles s'accompagnent de rituels complexes, dispendieux en temps et en énergie, ainsi que d'offrandes funéraires, notamment céramiques. les individus inhumés « simplement » dans des fosses intra muros seraient, « tout simplement », ceux auxquels ont été déniés des pratiques funéraires normales, au sens propre du terme.

English   Deutsch

 

 

La découpe de l’agneau : un rite funéraire à Kerma (Soudan) vers 200 avant J.-C.

 

La découpe des agneaux dont les morceaux sont déposés en offrandc dans les sépultures de la culture de Kerma, entre le IIIe et le IIe millénaire avant J.-C., dans le nord du Soudan, obéit aux définitions d'un rite dont les règles sont codifiées de façon précise. La durée d'une telle activité permet de définir une pratique funéraire rituelle qui s'est produite de nombreuses fois durant plus d'un demi-siècle.

English   Deutsch

 

 

La mort ou les morts. Les enjeux des rites funéraires du néolithique nord-occidental

 

Depuis quelques décennies, l'archéologie s'est dotée d'un arsenal descriptif et analytique permettant des reconstitutions de pratiques funéraires qui, à défaut d'être complètes ou suffisantes, sont de plus en plus précises. L'interprétation de ces données est cependant délicate, dans le sens où elle est tributaire, non uniquement de procédés heuristiques dont on peut tester la portée, mais aussi des orientations intellectuelles dans lesquelles on cherche à l'inscrire. L'option avouée de la présente contribution est de prendre en considération le point de vue des « endeuillés » : leur but n'était-il pas essentiellement de se doter d'une vision satisfaisante d'un fait biologique inévitable - la mort - dont ils étaient régulièrement les témoins et dont ils se doutaient qu'ils seraient les prochains acteurs ? Dans le cadre du Néolithique du Nord-Ouest, on peut ainsi mettre en avant plusieurs attitudes : la relation aux morts prime pour certains, tandis que pour d'autres, la gestion globale de la mort semble plus importante. Autant de comportements qui ne peuvent être innocents de la façon dont les sociétés ont cherché à assurer leur cohésion et leur maintien.

English   Deutsch

 

 

Des vestiges osseux à la perception de la mort : une voie possible pour le préhistorien ? Le cas du Néolithique moyen en Catalogne

 

À partir du seul document archélogique, est-il vain d'espérer toucher du doigt la façon dont les hommes percevaient la mort ? La prehistoire se fonde sur le fait matériel : l’étude des sepultures permet de retrouver les gestes funéraires dont subsiste une empreinte. Il est évidemment impossible de restituer le rituel funéraire dans sa complexité. Toutefois, la confrontation des sépultures, des nécropoles, et au-delà des aires géographiques permet d'identifier les gestes imposés par le rituel, ceux que la règle proscrit, et ceux qui sont laissés a l’appréciation des individus. On ne saurait en negliger aucun : tous renvoient une image de la mort. Le cas du Néolithique moyen de la Catalogne en est une bonne démonstration. La variété des pratiques implique à la fois une évolutIon rapide des rites et leur « atomisation » géographique. A l'inverse, elle peut traduire une vision de la mort commune. Contrairement à une idée reçue, les pratiques funéraires évoluent au rythme des cultures ; la continuité réside dans la perception de la mort.

English   Deutsch

 

 

Quid de l’expression symbolique chez les Magdalémiens ou les Aziliens du Bassin parisien ? Ou il voit des figurines féminines partout !

 

Où va se nicher le symbolique en préhistoire ? Dans le Bassin parisien, les vastes campements de plein-air du Magdalénien et des débuts de l'Azilien sont avant tout caractérisés par les témoignages de la vie quotidienne (déchets de fabrication des outils en silex et en os, résidus de la consommation des faunes chassées, structures de combustion et leurs rejets d'utilisation, etc.). On y rencontre très rarement des indices de préoccupations symboliques, artistiques, fait que l'on a tendance à attribuer à la courte durée du séjour de chacun de ces campements nomades, imaginant plutôt que ces manifestations se trouvent plus volontiers dans les sites hivernaux que nous n'avons pas encore identifiés dans le Bassin parisien.

Aussi, lorsqu'un objet sort a priori de « l'usage commun », les paléolithiciens focalisent leur attention sur lui, se demandant à quelle sphère du culturel on peut le rattacher. Il est tentant bien souvent de prétexter l'alibi symbolique pour expliquer alors la présence de cet artefact dans un campement de chasseurs dont les préoccupations, en tout cas celles qui nous sont accessibles, demeurent fortement matérielles.

De rares exemples de tels objets, en particulier des rognons de silex, ont été identifiés dans des campements magdaléniens et aziliens d'lle-de-France. Nous nous attachons ici à décrire et à analyser les différents éléments qui ont orienté notre interprétation vers le non fonctionnel, peut-être vers du symbolique et pourquoi pas vers des représentations féminines.

English   Deutsch

 

 

Lorsque le galet gravé paraît… Les témoins symboliques à Etiolles (Essonnes)

 

L'inventaire des témoins symboliques découverts sur le site magdalénien d'Etiolles est réduit mais loin d'être inintéressant. La pièce majeure en est une pierre gravée sur ses deux faces, exceptionnelle pour le Magdalénien du centre du Bassin parisien. On connaît aussi des objets classiques comme quelques éléments de parure en coquillage et des objets plus ambigus, assimilés à des pierres-figures, dont l'interprétation fait l'objet de discussions au sein même de l'équipe de recherche. Cette catégorie de témoins, malgré sa pauvreté, témoigne indubitablement du fait que les Magdaléniens d'Étiolles appartiennent à une grande tradition connue largement en Europe et démontre que le centre du Bassin parisien n'était pas une province isolée.

English   Deutsch

 

 

Où l’on reparle de « muche ». La question des accès ou passages secondaires dans les allées sépulcrales de Val-de-Reuil et « Portejoie » (Eure)

 

Parmi les cinq allées sépulcrales rapprochées qui ont été mises au jour à Val-de-Reuil et « Portejoie » dans l'Eure, certaines présentent des dispositifs de passages multiples, récurrents et dont la fonction est difficile à percevoir. L'analyse de ces dispositifs, à la fois axiaux, latéraux et terminaux, et de leurs relations chronologiques avec l'architecturale monumentale n'est possible qu'à la condition d'analyser les monuments au travers de la dynamique des nombreux changements apportés à leur fonctionnement, tant en matière de gestes funéraires que de pratiques culturelles. La perspective de cette étude n'est pas de classer un monument funéraire dans une catégorie figée ou dans un mode de fonctionnement stable, mais de tenter de comprendre la trame historique et les gestes qui ont présidé à son évolution.

English   Deutsch

 

 

Hier et aujourd’hui : des cultures du renne ?

 

Les préhistoriens ont qualifié le Magdalénien de « culture du renne ». Il existe aujourd'hui de véritables cultures du renne : en Sibérie, tous les groupes nomades ont fondé leur mode d'existence sur ce cervidé, seul grand herbivore à avoir pu s'adapter aux conditions extrêmes de la toundra. Économie, système social ou symbolisme traduisent une véritable symbiose homme/ animal. Quelques exemples montrent la nécessité pour le groupe humain de donner un sens à cette relation. A partir de là, nous nous interrogeons sur la réalité d'une telle hypothèse en ce qui concerne le Magdalénien.

English   Deutsch

29 autres produits dans la même catégorie :