Numéro 26 - 2009 Agrandir l'image
Numéro 26 - 2009

2009260

ISSN : 1272-6117

 

Bucy-le-Long.Une nécropole de la Tène ancienne (Ve-IVe siècle avant notre ère)

Plus de détails

120,00 €

Paiement sécurisé

En savoir plus

(1100 pages en 3 volumes)

Sommaire :

Matthias Wemhoff & Manfred Nawroth - Vorwort

 

Jean-Paul Demoule - Avant-propos

 

Introduction

Jean-Paul Demoule - Historique des recherches sur La Tène ancienne dans le Nord de la France

 

I - Présentation générale

. Sophie Desenne & Claudine Pommepuy – Présentation du site

. Jean-Paul Demoule - Le contexte chronologique

. Claudine Pommepuy & Sophie Desenne - Le cadre naturel

. Claudine Pommepuy - Le contexte archéologique

. Sophie Desenne - Historique des recherches

. Claudine Pommepuy ? & Sophie Desenne - La méthodologie

 

II - Les tombes simples par Sophie Desenne

 

III Les tombes monumentales

. Claudine Pommepuy - Présentation générale

. Claudine Pommepuy & Sylvain Thouvenot avec la collaboration de Ginette Auxiette - La tombe à char BLH 114

. Claudine Pommepuy & Sylvain Thouvenot avec la collaboration de Ginette Auxiette - La tombe à char BFT 150

. Claudine Pommepuy, Sylvain Thouvenot & Stéphane Verger avec la collaboration de Ginette Auxiette La tombe à char BLH 196

. Claudine Pommepuy ? & Sylvain Thouvenot - La tombe à char BFT 211

. La tombe à incinération BLH 364 par Claudine Pommepuy ? & Sophie Desenne & Ginette Auxiette

. Claudine Pommepuy & Sylvain Thouvenot - Les tombes monumentales

 

IV – Etudes anthropologiques

. Yves Guichard - Taphonomie des squelettes et espace funéraire

. Estelle Pinard - Paléo-anthropologie

. Gérard Martin - Paléo-pathologie Gérard Martin

. Gérard Martin - Caractères discrets

. Glossaire anthropologique

 

v - étude du mobilier

. Sophie Desenne - La céramique

. Cécile Breton, Agnès Durand, Sylvie Lourdaud, Bruno Robert, Claudine Pommepuy, Sophie Desenne, Ginette Auxiette & Jean-Paul Demoule - La parure

. André Rapin - L’armement

. Sophie Desenne, Claudine Pommepuy & Sylvain Thouvenot - Les outils et divers objets

. Sylvain Thouvenot & Stéphane Verger - Les chars

. Jean-Marie Pernaud - Les restes ligneux

. Ginette Auxiette - Les offrandes animales

. Muriel Boulen - Les pollens

. Jean-François Berger - étude géoarchéologique du remplissage de la tombe à char

BLH 196

 

vi - analyse chronologique de la nécropole

. Jean-Paul Demoule , Cécile Breton & Sophie Desenne - Sériation des tombes et chronologie relative

. Jean-Paul Demoule, Cécile Breton & Sophie Desenne - Chronologie de Bucy-le-Long dans le contexte régional phase par phase

. Jean-Paul Demoule, Cécile Breton, Sophie Desenne & Claudine Pommepuy - évolution par catégorie de mobilier

. Jean-Paul Demoule - Chronologie et analyse spatiale

 

vii - Rituel funéraire et hiérarchisation

. Estelle Pinard, Cécile Breton, Sophie Desenne, Yves Guichard & Claudine Pommepuy - Préparation du défunt

. Sophie Desenne,

Ginette Auxiette, Cécile Breton & Claudine Pommepuy - Préparation de la cérémonie funéraire

. Ginette Auxiette Sophie Desenne - La cérémonie

. Jean-Paul Demoule & Sophie Desenne - Approche de la hiérarchisation d’une société à travers ses rituels funéraires

. Cécile Breton, Jean-Paul Demoule, Yves Guichard, Claudine Pommepuy ? Sophie Desenne & Ginette Auxiette - Choix du rituel : une histoire de sexe, d’âge ou de décennie

 

viii - les fouilles allemandes de 1915

. Hans Niggemann, & Jean-Paul Demoule - Fac-similé et traduction du journal de fouilles

. Jean-Paul Demoule , traduction - Fac-similé et traduction des archives du Museum für vor- und frühgeschichte,

. Hans Niggemann , traduction Jean-Paul Demoule - Le transfert à Berlin des fouilles de Hans Niggemann d’après les archives du Museum für vor- und frühgeschichte

. Jean-Paul Demoule Commentaires sur les fouilles de Hans Niggemann

. Cécile Breton & Sophie Desenne Association des types et chronologie

 

Jean-Paul Demoule La nécropole de Bucy-le-Long dans le contexte régional de la vallée de l’Aisne

 

 

Jean-Paul Demoule - synthèse générale

 

annexe - paléo-anthropologie

. Estelle Pinard - Données anthropologiques globales

. Estelle Pinard - Données métriques du crâne

. Estelle Pinard - Données métriques post-crâniennes

 

annexe - la parure

. Cécile Breton - Catalogue des torques

. Cécile Breton - Catalogue des bracelets

. Cécile Breton - Catalogue des anneaux en bronze

. Agnès Durand - Typologie des perles en verre

. Agnès Durand - Catalogue des objets en verre

. Sylvie Lourdaux-Jurietti Catalogue des objets en ambre, corail, os, pierre

 

annexe - l’armement

. André Rapin - Catalogue des armes de Bucy-le-Long

Bibliographie

 

Remerciements

 

Les auteurs

 

Résumés :

 

Chapitre 1

 

La nécropole de Bucy-le-Long “La Héronnière - La Fosse Tounise”, d’une surface de 2,5 hectares est localisée dans un méandre de l’Aisne. Ce site a livré de nombreuses données nouvelles concernant l’étude de La Tène ancienne et le mobilier met en évidence une occupation comprise entre le Aisne-Marne IIA et IIIC. Cette importante nécropole devait compter plusieurs centaines de tombes à l’origine, mais 235 ensembles seulement ont survécu jusqu’à nos jours. L’histoire de sa découverte et ses campagnes de fouille successives, échelonnées sur près d’un siècle depuis les premiers travaux allemands dans les tranchées de la Première Guerre Mondiale, jusqu’aux dernières études dans le cadre de l’archéologie préventive contemporaine, résument une partie de l’histoire de l’archéologie de la vallée de l’Aisne.

 

Chapitre II

 

Les pratiques funéraires sont communes à l’ensemble du groupe culturel Aisne-Marne. Le défunt est inhumé en décubitus dorsal, les bras le long du corps, avec fort peu de variations, la tête au nord-ouest. Le corps placé dans un espace vide, vêtu et paré, est accompagné d’attributs particuliers (parures, armes, instrumentum) et des offrandes alimentaires sont déposées à côté de lui sous formes de pièces de viandes et de contenants céramiques.

 

Chapitre III

 

Quatre tombes à char à inhumation et une tombe monumentale à incinération ont été découvertes à Bucy-Le-Long. Dans quatre cas, les fosses sépulcrales sont centrées dans un monument composé d’un enclos circulaire à aménagement plus ou moins complexe. L’examen des trois tombes à char les mieux conservées met en évidence la présence d’un char déposé monté ; les harnais sont disposés à leur emplacement fonctionnel au niveau du joug. Aucun élément ne nous permet de définir la nature de leur superstructure et donc leur fonction précise. Les hypothèses sont nombreuses, s’agissaient-ils de chars d’apparat ou de guerre, de cabriolets, de simples tombereaux ?

 

Malgré la présence des chars, l’organisation des dépôts de ces tombes riches à inhumation montre un fond commun à l’ensemble de la nécropole, avec le défunt allongé en décubitus dorsal, paré, entouré de mobiliers faisant référence à l’alimentation, à l’hygiène ou à la cosmétique. Cependant les espaces vides et les effets de paroi sont plus nombreux et indiquent l’abondance de dépôts organiques. Boucles d’oreille, bague et fibules en or sont uniquement présentes dans ces sépultures.

 

La tombe à incinération, exceptionnelle par son monument aux réaménagements nombreux, se distingue par la rareté de ce rituel, avec seulement deux cas d’incinération dans la nécropole. Malgré l’indigence en mobilier métallique (un seul grand couteau en fer) le dépôt de cette sépulture se démarque également par la quantité impressionnante de pièces de viande et de vases.

 

Chapitre IV

 

L’analyse taphonomique a mis en évidence l’existence probable de chausses ou de chaussures, confirmant que le défunt était déposé vêtu. Le recrutement funéraire des adultes perceptible au moyen de la structure de mortalité toutes phases confondues, semble indiquer ici une population à prédominance de jeunes adultes, avec une légère surmortalité des hommes avant 30 ans et donc une importante carence en individus âgés. Toutes les classes d’âges sont représentées sauf les enfants de 0-1 an. On observe une relative stabilité des structures de mortalité pour les trois premières phases d’occupation du cimetière, mais la dernière phase est marquée par une variation dans le recrutement perceptible à travers l’augmentation du nombre d’immatures. L’état sanitaire de cette population semble satisfaisant, la pathologie traumatique est très rare et s’avère uniquement domestique, et il n’y a aucune trace de pathologie guerrière.

 

Chapitre V

 

L’abondant mobilier de cette nécropole a permis une classification morphologique, mais également l’étude technologique et/ou fonctionnelle de plusieurs catégories. L’effectif élevé des récipients en céramique dévoile ainsi une variété de formes et de décors qui permet une analyse fonctionnelle et sociale de ce mobilier. La parure, elle aussi, présente une grande variabilité et sa classification prend en compte à la fois des critères morphologiques et techniques qui mettent en évidence l’évolution technologique du travail du bronze durant le début du second âge du Fer. L’analyse des objets en or permet d’appréhender l’évolution techno-morphologique de l’orfèvrerie, tout comme le travail réalisé sur le mobilier en verre. L’étude de l’armement, quant à elle, contribue à la mise en évidence d’une évolution technique et fonctionnelle de l’équipement militaire. Les offrandes alimentaires sont déposées sous la forme de récipients sans doute remplis de denrées, souvent accompagnées d’offrandes animales. On observe une certaine diversité des espèces et des morceaux déposés qui varient en quantité et en qualité. Dans tous les cas, seuls les morceaux qui semblent être consommés habituellement par les vivants sont offerts aux défunts.

 

Chapitre VI

 

Le nombre et la richesse des tombes ont permis l’établissement d’une chronologie interne détaillée de la nécropole, articulée en cinq phases successives, qui sont elles mêmes mises en concordance avec la chronologie du groupe Aisne-Marne. Ces parallèles montrent à la fois de nombreuses convergences dans la typologie, mais aussi un certain nombre d’originalités locales. Les différentes données suggèrent une durée d’occupation d’un peu plus d’un siècle et demi, entre le second quart du Ve siècle et le dernier quart du IVe siècle avant notre ère. Les terminus conféreraient à chaque phase une durée moyenne d’une trentaine d’années, soit celle d’une génération. Ces cinq phases ne sont pas des entités closes, “monolithiques” juxtaposées, mais laissent deviner une évolution continue, sans aucune rupture. Cette impression de continuité est en outre accentuée par deux phénomènes supplémentaires, qui sont la transmission de parures anciennes et l’existence de certaines catégories céramiques fort peu sensibles au temps. La poterie est tout à fait comparable à celle des autres nécropoles contemporaines. On note ainsi, à la seconde phase, l’apparition de vases carénés classiques qui évolueront vers des formes de plus en plus profilées. Les deux dernières phases sont marquées par la disparition des vases carénés à col au profit de formes arrondies et l’apparition des vases hauts à piédestal et des récipients à épaulement en ressaut qui caractériseront La Tène moyenne. Parmi les parures, on constate un fort conservatisme au profit des torques torsadés ; la nécropole de Bucy-le-Long représente d’ailleurs la collection la plus importante d’objets de ce type. Les parures moulées à la cire perdue font leur apparition, seulement dans la dernière phase en faible nombre, avec un net décalage chronologique. Bracelets, et fibules présentent eux aussi des perdurations et un développement stylistique propre. L’armement évolue, mais d’une manière fonctionnelle plus que stylistique. Les poignards des phases anciennes sont peu à peu remplacés par des épées, qui adoptent un standard largement répandu dans l’ensemble du domaine laténien, notamment avec le fourreau métallique décoré. L’outillage ne connaît pas de variations très sensibles.

 

L’analyse de la nécropole met en évidence une modification radicale de sa structure spatiale. Les groupements anciens de sépultures des trois premières phases, bien délimités et de caractère familial, organisés sur un axe nord-sud, sont remplacés par des sépultures réparties selon un maillage très lâche et une orientation ouest-est. Les tombes féminines semblent tenir un rôle important dans la structuration de l’espace, avec d’une part l’implantation de tombes à chars féminines en périphérie et d’autre part la présence de tombes féminines installées très en dehors des espaces traditionnels, ouvrant et bornant de nouvelles zones funéraires à l’est et à l’ouest aux phases 3 et 4.

 

Chapitre VII

 

Les différentes étapes des pratiques funéraires de cette communauté sont mises en évidence par l’observation de la fosse, du corps et du mobilier déposé. Le défunt était vêtu de son costume funéraire, accompagné d’attributs particuliers en position fonctionnelle. Une fois le corps préparé, on procédait à la sélection des offrandes alimentaires et d’objets divers dont certains évoquent des activités spécifiques comme les soins corporels et la couture. Des critères d’ordre familial, sexuel et social, semblent pris en compte à la fois dans le choix de la panoplie portée, des objets déposés et de la fosse sépulcrale (morphologie et localisation). Ces critères évoluant durant toute l’occupation de la nécropole, parallèlement aux pratiques funéraires en fonction du sexe et du statut de l’individu, permettent d’observer des fluctuations dans le degré de hiérarchisation sociale.

 

Chapitre VIII

 

La découverte en 1915 de la nécropole par des soldats allemands qui creusaient des tranchées de défense le long du cours d’eau peut être considérée ironiquement comme « la première fouille préventive » de la vallée de l’Aisne. L’analyse des archives du Museum für Vor-und Frühgeschichte de Berlin permet de suivre et d’apprécier la rapidité d’exécution et la qualité de la documentation de ces recherches archéologiques, du signalement du site aux autorités militaires, jusqu’à l’arrivée, deux mois et demi plus tard, des objets au musée. La fouille méticuleuse d’une trentaine de tombes menée par Hans Niggemann, étudiant en archéologie permet en effet de pallier en partie la perte irrémédiable d’informations due aux destructions accomplies en 1971-1972. Le journal de fouille, les croquis et le mobilier conservés au musée de Berlin fournissent en effet pour le secteur détruit du site des indications spatiales et chronologiques précieuses, confirmant les limites topo-chronologiques de la nécropole.

 

Conclusion

 

Malgré de nombreux points communs avec les autres cimetières bien documentés du groupe Aisne-Marne, dont elle permet d’enrichir la connaissance, la nécropole de Bucy-le-Long se distingue de l’ensemble par un certain nombre d’originalités locales, qui semblent dues à sa localisation très occidentale. Par ses ressemblances et ses divergences, ce cimetière fait montre de nombreuses particularités qu’il convient d’intégrer à l’étude globale des sociétés laténiennes du Bassin parisien aux Ve et IVe siècles avant notre ère.

 English  Deutsch

29 autres produits dans la même catégorie :

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...