Numéro 3/4 - 1998 Agrandir l'image
Numéro 3/4 - 1998

199834

ISSN : 0752-5656

 

Le camp tardenoisien de Tigny (Aisne).
Un grenier à grains du IIe siècle à Amiens (Somme).
Un atelier de potier mérovingien à Soissons (Aisne).

Plus de détails

30,00 €

Paiement sécurisé

En savoir plus

(232 pages)

Sommaire :

- Jean-Olivier GUILHOT : Jean-Marie Pesez (1929-1998).
- Colette et Jean-Georges ROZOY : Les camps tardenoisiens moyens de Tigny (Aisne).
- Jacques HINOUT : les pétroglyphes mésolithiques des massifs gréseux du Bassin parisien.
- Jean DEBORD : le mobilier en bronze du site gaulois de Villeneuve-Saint-Germain (Aisne).
- Véronique MATTERNE, Jean-Hervé YVINEC et Dominique GEMEHL : Stockage de plantes alimentaires et infestation par les insectes dans un grenier incendié de la fin du IIe siècle après J.-C. à Amiens (Somme).
- Sylvain THOUVENOT : L’atelier de potiers mérovingien de Soissons (Aisne).
- Karine HARDY : les fosses 139 et 538 de l’atelier de potiers mérovingien de Soissons (Aisne). Étude morphologique et technique.
- Bruno DESACHY : Structure d’atelier de potiers médiéval à Pont-L’Évêque (Oise).
- Marie-Christine LACROIX : La production céramique du four de Pont-L’Évêque (Oise).
- Robert EMBRY : Suivi archéologique des travaux au château de Péronne (Somme).

 

Résumés :

 

 

Les camps tardenoisiens moyens de Tigny (Oise)

 

Une méthode appropriée a permis, malgré la succession de perturbations diverses et la non-conservation des matières organiques, d'établir que le site sur sable de Tigny-les-Marnières a été occupé à plusieurs reprises à la fin du Tardenoisien moyen : la concentration Est résulte probablement d'une occupation unique assez brève, la concentration Ouest, de plusieurs passages très brefs. Ces occupations n'ont pas été simultanées. Les ensembles lithiques présentent des différences quantitatives marquées pouvant provenir de travaux différents, mais aussi des variations qualitatives, en particulier sur les armatures à retouche couvrante, sur les lamelles à retouche alterne et sur les façons de fabriquer les armatures, qui suggèrent sans la démontrer absolument une évolution chronologique. L'organisation des campements est plus complexe que l'on ne le pensait, avec des postes de travail différenciés, le débitage étant pratiqué sur un seul centre, mais les travaux avec les outils du fonds commun de façon plus dispersée, ces outils étant fabriqués, utilisés et pour partie abandonnés sur place. Les armatures sont traitées de façon autonome, nous ne trouvons que celles (presque toutes
cassées) résultant de la réparation des flèches après la chasse ou l'entraînement, les diverses classes en sont traitées différemment. Le lien des armatures à retouche couvrante avec le feu, suspecté à Montbani-13, est confirmé, il apparaît un lien inattendu avec les lamelles à retouche alterne. Un sous-type de pointe à retouche couvrante, la «pointe de Tigny», souligne l'adaptation très libre des inventions des cultures voisines par les archers tardenoisiens. La communauté de composition (accumulation de petits campements) avec d'autres sites souligne la mobilité résidentielle des petits groupes élémentaires des archers.

English

 

 

Le mobilier en bronze du site gaulois de Villeneuve-Saint-Germain (Aisne)

 

Bien qu’ils ne représentent qu’une proportion très faible du mobilier métallique exhumé, les objets en bronze de Villeneuve-Saint-Germain constituent un ensemble intéressant, d’une grande diversité et comportant quelques éléments peu fréquents dans notre région. Son étude confirme l’appartenance du site à la phase du La Tène D2 ?

English

30 autres produits dans la même catégorie :

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...